UNE CONGREGATION, POURQUOI FAIRE ?

par | Oct 24, 2020 | Non classé

La nécessité de se rencontrer et de vivre en société est inscrite dans la nature humaine. « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul » dit Dieu, au début de la Bible, (Genèse 2,18).

Si, dans le contexte de l’histoire de la création, il s’agit de donner une compagne à Adam, en la personne d’Eve, cette affirmation dépasse le simple cadre du couple homme et femme.

Vivre ensemble, socialement, est la garantie de la vie, de notre vie. L’isolement total mène à la destruction de l’être, à la mort.

Mais la rencontre peut être bien plus qu’une question de vie et de survie, physique et affective. Elle porte en elle la capacité de créer la vie et de l’épanouir.

Ainsi, de la vocation de la famille humaine à celle d’une congrégation, il n’y a qu’un pas. Les deux, pour ne citer qu’elles, sont appelées à donner la vie et à la revêtir de sa vraie dignité.

Car la Congrégation, comme son nom l’indique, apparaît comme « un-vivre-ensemble », de femmes et d’hommes, au service de la vie et pas n’importe laquelle. Elle est appelée par Dieu à participer à la mission de l’Eglise,  de porter l’Evangile de Jésus Christ au monde, la vraie VIE.

C’est aussi la raison d’être de la Congrégation du Très saint Rédempteur ou des Rédemptoristes, fondée par saint Alphonse de Liguori en 1732, dans le royaume de Naples.

(Vous pouvez trouver dans ce site toute l’histoire de cette fondation).

La Mission de la Congrégation des Rédemptoristes.

Un passage de l’introduction du Livres des Constitutions et des Statuts de la Congrégation, nous propose une bonne synthèse de sa Mission particulière.

Tous les Rédemptoristes s’efforcent donc de continuer la mission du Très-Saint-Rédempteur et des Apôtres ; ils s’appliquent à garder l’esprit de leur Fondateur, (Saint Alphonse-Marie de Liguori) s’accordent toujours au dynamisme missionnaire de l’Eglise, avec une préférence pour les pauvres, et consacrent leurs forces à répondre aux besoins du monde actuel.

Vaste programme, impossible à réaliser sans l’aide du Seigneur et sans une fraternelle communion de ses membres, engagés ensemble à répondre à ces appels.

  1. Continuer la mission du Très-Saint-Rédempteur et des Apôtres…

Ce premier appel englobe tous les autres. Il exprime la vocation même de tous les baptisés : mettez-vous à la suite du Christ et de ses premiers disciples pour annoncer son Evangile, sa Bonne Nouvelle, à tous les hommes. (Marc16,15) : « Allez par le monde entier, proclamez l’évangile à toutes les créatures »

  • Garder l’esprit du Fondateur, Alphonse de Liguori, s’accorder toujours au dynamisme missionnaire de l’Eglise, avec une préférence aux pauvres.

Saint Alphonse a cherché comment évangéliser. Il a commencé par regarder vivre ses contemporains, avec leurs besoins, leurs fragilités et leurs aspirations. Les découvertes qu’il ne cessera de faire en ce domaine, le conduisent à se séparer peu à peu de tous ses projets d’avenir et de ceux que d’autres avaient envisagés pour lui, homme brillant, de noble lignée, intelligent, cultivé et doué à tous points de vue.

Mais son regard se tourne de plus en plus vers ces êtres que personne ne voit plus, y compris l’église de son temps. Si, d’une certaine manière, la Congrégation est née en constatant la détresse morale, spirituelle et matérielle des bergers de Scala et environ, elle était bien avant déjà, en gestation, dans la pensée et le cœur d’Alphonse.

Je citerai, à cet égard, une démarche, parmi d’autres, du jeune Alphonse. Régulièrement, jeune homme, il se rendait dans l’hôpital des Incurables à Naples. On parlerait aujourd’hui d’un mouroir, tel que Mère Teresa et ses sœurs ont visité à Calcutta.

Ces malades, abandonnés à leur sort, souvent oubliés de tous, retrouvèrent auprès d’Alphonse, dans les soins et l’amour qu’il leur prodiguait, la dignité et l’espérance, au cœur même de leur misère.

Pour Alphonse, évangéliser c’est donc annoncer à tout être humain :

Tu es un enfant bien aimé de Dieu. Jésus est venu vivre et réaliser cette bonne nouvelle au milieu de nous, pour toi, pour nous, dans sa propre personne, dans sa mort sur la Croix et sa Résurrection.

Toute pauvreté humaine exprime un manque et l’absence de quelque chose ou de quelqu’un. C’est dans ces creux et ces vides, au fond des cœurs, que veut entrer et demeurer le Christ. A nous, de lui préparer et ouvrir le chemin. C’est cela « évangéliser » !

Ainsi, Alphonse, non seulement rejoint le dynamisme de l’Eglise, il le renouvelle et l’ouvre sur les réalités présentes de son temps.

  • Consacrer ses forces à répondre aux besoins du monde actuels.

Oui ! Mais comment connaître les besoins des hommes de son temps et de l’ensemble de la création, sans vivre au cœur de l’humanité, sans l’écouter et l’aimer, à l’exemple d’Alphonse ?

La mission c’est l’envoi, le missionnaire est l’envoyé.

« Des pauvres, vous en avez toujours avec vous ». (Jean 12,8) rappelle le Christ, à ses apôtres, à ses disciples de tous les temps, à vous et à nous, Rédemptoristes aujourd’hui.

Tout besoin, nous l’avons dit, représente une pauvreté et appelle, consciemment ou non, une réponse.

Pauvretés aux mille visages, matérielles, affectives, spirituelles…

Pauvretés crées par les guerres, la famine, les catastrophes, les violences…

Pauvretés des sans-logis, des réfugiés, des laissés-pour-compte, des enfants qui ont peur, des mal aimés ou pas aimés du tout…

Mais pauvretés aussi des pourvus et riches en argent, repliés sur eux-mêmes et leurs biens, esclaves de leurs égoïsmes, de leurs idéologies mortifères…

En face, il y a toutes les pauvretés de celles et ceux qui se dépouillent et s’oublient et se donnent, se dévouent, nourrissent, soignent, accueillent, protègent… Pauvretés devenus les vraies richesses, à la suite de celui « qui passait en faisant le Bien, car Dieu était avec lui » (Actes 10,38). C’est ainsi que Pierre parlait de Jésus.

Nous sommes véritablement chrétiens missionnaires et rédemptoristes en le rejoignant et le suivant sur ce chemin du bien. Marie, Mère de Dieu et notre Mère, nous y engage : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le ». (Jean 2, 5)

Secours et modèle de Saint Alphonse, Notre Dame « aux nombreux épis » nous accompagne et nous aide dans l’accomplissement de notre vocation, celle que Dieu nous donne et l’appel qu’il nous adresse… par son Fils Jésus (Jean 1,39)

« VENEZ ET VOUS VERREZ ! »

MG

23 octobre 2020.

vous pourriez aussi être intéressé par la lecture